The Legend of Zelda: A Link to the Past : retour sur le jeu de 1991

S’il y a bien un moyen de divertissement validé par le commun des mortels, ce sont les jeux vidéo. Mais ce qui est davantage plus amusant, c’est de pouvoir vieillir avec ses titres préférés. Avec le temps, on apprécie mieux la valeur des bons vieux jeux auxquels sont rattachés les plus beaux souvenirs de notre enfance. C’est mon cas avec le jeu The Legend of Zelda : A Link to the Past, un titre connu de toute la génération 90, sur lequel je vais faire un petit come back.

La petite histoire

The Legend of Zelda est une création signée par Nintendo EAD. Sorti initialement le 21 novembre 1991 au Japon, le titre s’offre un troisième opus baptisé A Link to the Past en avril 1992, mon préféré de la saga The Legend. Vendu en Amérique puis en Europe, le jeu compte plus de 5 millions d’exemplaires écoulés depuis sa sortie.

Le classique de notre enfance

Si ma mémoire est bonne, l’histoire commence sur la Terre d’or où sept sages sont charges de la protection d’un trésor. Ganondorf décide alors d’enlever tous les descendants des sages, dont la princesse Zelda, afin d’accéder au trésor. Le méchant réussit son coup et transforme la Terre d’or en un univers ténébreux.

En face, on retrouve le royaume d’Hyrule, un monde où règne le calme et la sérénité et où vit Link. Celui-ci est ensuite interpellé par la princesse Zelda qui lui demande de lui venir en aide. Commence alors le voyage de Link qui se rendra compte en chemin qu’il devra également sauver d’autres jeunes filles d’entre les mains du grand sorcier.

Bref, tout ce qu’il peut y avoir de classique comme histoire, mais qu’est-ce qu’on a aimé étant enfant.

Un système de jeu tout simple

En souvenir du bon vieux temps et aussi pour aider ceux qui découvriront le jeu pour la première fois, Link devra d’abord acquérir d’une meilleure épée avant de se lancer dans sa quête des 7 sages et de la princesse Zelda.

En chemin, vous devrez alterner entre deux mondes parallèles : celui de la lumière et des ténèbres. Une grande première dans un jeu Zelda à une époque où la mémoire des jeux ne permettait pas encore d’apporter des détails précis dans deux univers différents. Vous retrouverez ainsi à peu près les mêmes choses dans les deux mondes, mais de différentes couleurs.

Pour contrôler Link, vous aurez une vue de dessus de tout l’ensemble, des phases d’exploration et aussi des phases de combat. Le tout se déroulant toujours dans le même environnement.

Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié les couleurs encore enfantins, les images encore très peu nettes et ces petits personnages presque invisibles dans The Legend of Zelda : A Link to the Past. C’est une belle réussite qui ne quitte pas ma ludothèque de jeux à ce jour. Je vous le recommanderai même non seulement pour sa beauté, mais surtout pour son système de jeu accrocheur.

The-Legend-of-Zelda-A-Link-to-the-Past-1991