avis-jeu-doom

Présentation sur le jeu Doom

Les jeux de tir à la première personne connaissent réellement leur âge d’or depuis quelques années déjà. L’effervescence même de ce type de jeu s’explique facilement par ses nombreux attraits et avantages. Bien sûr, le nombre accru de jeu disponible en ce moment témoigne aussi de cette effervescence, mais tous ses jeux ne sont pas forcément bons. Depuis mai 2016, on a connu le jeu Doom qui évolue dans ce cadre FPS. Que ce soit sur le contenu, le gameplay ou encore la réalisation graphique, ce jeu présente est le témoin du savoir-faire id Software.

 Présentation du jeu

C’est donc le savoir-faire d’id Software qui sera mis en avant face à la conception de Doom. Il tiendra à la fois le rôle de développeur et d’éditeur promettant un résultat impeccable. C’est depuis le 13 mai 2016 exactement que ce jeu a été mis à la disposition des gamers. Étant un jeu de tir à la première personne, ce titre sera un reboot de la licence culte d’id Software. Les spécificités des deux premiers opus seront incluses dans cette version qui se voudra être plus performante. Dans le contenu, le joueur incarnera donc un marine obligé d’aller sur Mars. Le but de la mission sera alors de repousser une invasion de démons. Pour arriver à cette finalité, une panoplie d’arsenal comprenant divers fusils et même des lances roquettes seront à la disposition des joueurs.

doom-revue

 Correct sur l’ensemble

Même si le premier Doom est l’un des précurseurs du FPS, moderne, il conviendra de vérifier s’il tient toujours la route après 23 ans. Sur le scénario, cette version reboot tiendrait sur un timbre-poste. L’anecdote sera la plus prononcée dans ce jeu ou seuls deux personnages seront mis en avant pour un sou et un pitch assez simpliste. En gros, l’humanité ayant colonisé Mars, un humain pas très sain d’esprit tentera alors d’ouvrir les portes vers l’enfer. Empêcher cette situation apocalyptique résumera tout le contenu du jeu ce qui est assez léger sur les bords. En plus, ce scénario tendra à devenir redondant et surtout assez lourd à la fin de l’aventure. Aussi, c’est dans 3 environnements spécifiques que le personnage principal évoluera. C’est le choix de la texture et la cohérence de cette dernière qui sauvera le côté graphique.

Une campagne solo la hauteur de la licence

C’est face à ce mode que ce jeu se démarquera réellement si l’on prend le temps d’y jouer de fond en comble. Il est clair qu’il n’est pas du tout destiné aux petites natures. On verra un contenu assez gore où le sang, les tripes ainsi que les gros flingues seront maîtres. Lorsqu’on ne combat pas, dans le jeu, on sera en quête de carte aux multiples couleurs afin d’accéder à des salles secrètes. Ce sentiment de puissance offert par le jeu est aussi très prononcé surtout avec les « glory kills » qui permettent d’achever des démons au corps à corps. Bien sûr, en tant que FPS, les armes seront obligatoirement au rendez-vous, mais cela n’aura rien à voir avec le conventionnel. En effet, notre personnage a un penchant par le carnage, car même la tronçonneuse fera partie de son arsenal. Les adeptes du contexte gore seront parfaitement ravis par ce jeu.