comix-zone-megadrive

Comix Zone : Megadrive, le test à l’ancienne

En 1995, Comix Zone sort sur Megadrive, un beat’em all qui a beaucoup aider au succès de Sega.

A propos

On y incarne Sketch Turner, un auteur de bande dessinée, seulement antagoniste de son histoire, Mortus n’accepte pas son simple rôle de personnage de bédé dans l’espoir de retrouver sa liberté, Mortus s’échappe de la planche et parvient à y envoyer Sketch Turner qui se trouve prisonnier au sein de sa propre bande dessinée.

Présentation du jeu

C’est doublement dramatique, d’une part parce que Turner est prisonnier mais surtout Mortus est dans le monde réel. Et un super méchant ça n’a qu’une seule idée en tête : détruire le monde. On a intérêt à se bouger les fesses pour renvoyer l’infâme Mortus à sa place et vous l’aurez compris, le jeu se déroule donc dans une bédé, un niveau représente une page et pour aller au bout de celle-ci il va nous falloir traverser chacune des cases de la planche. Les dialogues sont présentés sous forme de bulles. Les bruitages apparaissent pendant les combats et le style graphique adopte un ton très proche du dessin. On pourrait s’imaginer que puisqu’il connaît sa bande dessinée, il va s’agir pour Sketch Turner d’un simple parcours de santé et bien pas du tout. On ne sait pas précisément ce que raconte l’histoire mais Turner y a intégré tout un tas de méchants. Il va nous falloir à présent nous coltiner avec notamment de nombreux boss qui sont pour la plupart sont franchement coriaces. Comme si cela ne suffisait pas, Mortus, le crayon à la main n’hésite pas à en dessiner de nouveaux.

test-comix-zone-megadrive

Certains viennent nous chercher au corps à corps, d’autres privilégient les combats à distance et quelques-uns se trouvent même dans les airs. Pour Mortus, tous les coups sont permis afin de vous anéantir et compris les plus bas comme mettre le feu à la page dans laquelle vous vous trouver dans l’espoir de vous y voir consumer avec celle-ci. D’ailleurs si vous tomber au cours de la partie, Mortus dessinera une croix sur votre personnage, il aura alors tout le loisir d’accomplir ses sombreux méfaits. Avec un simple crayon, Turner a créé un véritable monstre, heureusement que nous ne sommes pas seuls. Il y a d’abord le Général Alice qui nous conseille tout au long de notre aventure et plus important encore, votre rat Rockill qui va vous servir à bien des égards. Parce que oui, le jeu contient de nombreuses énigmes. Il n’est pas rare de se trouver au piège dans une case. L’observation et la réflexion seront alors de précieuses alliées, et c’est dans ces moment-là que Rockill est le plus utile, même s’il peut gêner vos adversaires, particulièrement la gente féminine qui semble avoir horreur de cette bestiole et c’est surtout sa petite taille, il est capable de se faufiler dans les recoins les plus exigus pour par exemple aller tirer un levier ou même servir d’appas.

Comix zone est un beat’em all rafraîchissant, on abandonne les univers urbains pour intégrer une bande dessinée, ça fait du bien de revenir à l’ancien temps, on apprécie d’autant plus les derniers jeux en HD.